MENU

Newsletter 13 : ParisTech à l’écoute de ses étudiants internationaux

Newsletter 13 : ParisTech à l’écoute de  ses étudiants internationaux

Entretien avec Charlotte Audéoud, responsable de l’accueil des étudiants internationaux au sein du BDE de l'ESPCI Paris - PSL et Gustavo de Lima Olivo, élève-ingénieur brésilien en double diplome à AgroParisTech et à l'Université de São Paulo

 

Vous êtes responsable de l’accueil des étudiants internationaux au sein du BDE de l’ESPCI Paris ― PSL, quelles sont vos missions ?

CA : Quand les étudiants internationaux arrivent en France, je les accompagne dans leurs démarches administratives et leur propose une formation sur le déroulé de la scolarité à l’ESPCI ou dans ParisTech en général car le système est assez différent de leur université d’origine. Ce sont des questionnements assez stressants pour eux. Je gère également le volet « intégration » pour faire en sorte qu’ils se sentent bien accueillis. Nous organisons des événements comme des dîners, des soirées films ou des sorties dans Paris. Je relaie aussi des informations du groupe Facebook de la promotion car il y a beaucoup d’informations et certaines peuvent passer inaperçues. J’essaye de mettre en lumière les événements les plus importants pour qu’ils y assistent. Enfin, je crée des binômes français-étrangers afin que les étudiants internationaux aient un contact français avec lequel ils auront une relation privilégiée dès leur arrivée. Pour finir, l’une de mes missions les plus importantes est d’être à l’écoute, de tisser de vraies relations d’amitié avec les étudiants internationaux pour les rassurer.

 

Comment s’est déroulée votre intégration au sein d’AgroParisTech ?

GLO : L’administration de l’école m’a aidé à trouver un logement et à gérer mes démarches administratives. Cela a facilité mon arrivé en France. J’ai également suivi une formation interculturelle pour apprendre les codes culturels de la France. Ensuite, j’ai dû m’intégrer au sein de l’école avec les autres élèves. À mon arrivée, j’ai été accompagné avec d’autres étudiants internationaux par l’association « Agro Bienvenüe ». Un étudiant français volontaire en deuxième année accompagne un étudiant international pour lui faire découvrir la ville, les habitudes françaises, le système d’éducation, faire des sorties. Les enseignants de l’école sont aussi sensibilisés à l’accueil des étudiants internationaux. Beaucoup obligent les étudiants français à inclure des étudiants internationaux dans leurs groupes de travail.

 

Quels dispositifs sont proposés au sein de votre école pour améliorer l’accueil des étudiants internationaux et quelles améliorations pensez-vous qu’il serait bon de réaliser ?

 

CA : Des cours de conversation sont proposés pour permettre aux étudiants internationaux de discuter avec des Français et d’être corrigés. Ils ont déjà des cours de FLE (français langue étrangère) pour apprendre la grammaire, la conjugaison, la concordance des temps, mais ce qui leur manque souvent, c’est de discuter de la vie quotidienne et d’être corrigés sur de petites erreurs récurrentes. L’école propose aussi des cours de soutien dans certaines matières. Cela leur permet de revoir certains points de maths ou de physique un peu plus lentement avec un professeur presque particulier. En plus d’avoir un référent élève de l’école, ce serait bien que les étudiants internationaux soient mis en relation avec un référent enseignant, chercheur ou même un ancien élève, afin qu’ils soient également accompagnés sur un plan plus pratique, au niveau administratif par exemple.

 

Que pensez-vous de votre parcours d’intégration ?

GLO : L’intégration administrative et pédagogique est plutôt réussie. Mais tous les étudiants français ne sont pas sensibilisés à l’intégration des étudiants internationaux. La plupart ne sont pas conscients des défis que nous avons dû relever pour arriver en France, parler une autre langue, connaître un système d’éducation différent. Ce serait bien que les étudiants français suivent une formation pour mieux connaître les autres cultures représentées à l’école. Cela permettrait de mieux se comprendre. J’ai eu de la chance d’avoir une marraine qui m’a bien accompagné, mais je sais que ce n’est pas le cas pour tous. Sur une dizaine d’étudiants internationaux qui ont bénéficié du parrainage, seuls deux/trois ont eu des parrains qui ont fait des efforts pour les aider à s’intégrer à l’école. Il faudrait établir des règles de parrainage plus claires et sensibiliser les parrains/ marraines volontaires pour leur faire comprendre davantage les besoins d’un étudiant international. L’association « Agro Bienvenüe » qui accueille les étudiants internationaux est composée uniquement d’étudiants français et cela empêche parfois la bonne compréhension des besoins des étudiants internationaux. Nous sommes en train de discuter de ce point avec eux.


Quels sont selon-vous les principaux enjeux d’une intégration réussie ?

CA : Il faut préparer au mieux les différents acteurs de l’intégration. Sur le plan de la vie étudiante, il y a une vraie question autour de l’intégration des étudiants internationaux par les élèves français qui ne sont pas assez sensibilisés. Ils ont un rôle à jouer pour que les étudiants internationaux se sentent bien et accueillis. Ce sont des personnes avec lesquelles ils peuvent nouer des relations incroyables. Les responsables de l’accueil des étudiants internationaux doivent être vigilants. Les codes culturels sont très différents d’un pays à l’autre. En discutant avec des amis brésiliens et colombiens des soirées étudiantes, j’ai appris que dans leur culture il fallait insister. Il faut les inviter plusieursfois, leur rappeler l’événement quelques jours avant et la veille, sinon ils peuvent penser que c’est une parole en l’air et qu’on ne veut pas vraiment les inviter. Les étudiants chinois quant à eux aiment moins les grandes soirées étudiantes. Ils préfèrent assister à des dîners. En termes de communication, il faut s’adapter à la culture des personnes que nous voulons cibler. Il faudrait augmenter nos effectifs pour organiser plus d’événements autour des différentes cultures afin que les étudiants internationaux aient un espace de parole et d’expression. L’existence d’un club dédié à Chimie ParisTech ― PSL et AgroParisTech donne des idées.

 

Lire la newsletter

LES ÉCOLES de ParisTech