MENU

International

Français

Laura Villette prend ses fonctions le 2 septembre 2019. Elle succède à Sylvain Ferrari dont le mandat de 5 ans arrive à échéance. Localisée à Shanghai, elle soutient et développe, dans l’ensemble du pays, les projets menés en commun par les écoles de ParisTech. Elle appuie également les écoles de ParisTech dans leurs relations bilatérales avec leurs partenaires chinois.


Les principales missions de Laura Villette sont :

  • développer des partenariats universitaires et institutionnels attractifs, évoluant avec les ambitions de la Chine, et répondant aux exigences d'excellence des écoles françaises ;
  • consolider le réseau et étendre la notoriété de ParisTech au sein des réseaux locaux (associations sectorielles, réseaux de diplômés chinois revenant de l'étranger…) ;
  • soutenir les Instituts Franco-Chinois (SPEIT, Chimie Pékin, ICARE), vitrines du savoir-faire français, mais aussi "laboratoires" des coopérations franco-chinoises ;
  • renforcer les partenariats avec les entreprises françaises présentes en Chine, mais aussi avec les entreprises chinoises afin de répondre aux besoins spécifiques en matière de formation de la Chine.


Laura Villette exerce une activité professionnelle en Chine depuis plus de dix ans. Diplômée de Sciences Po Paris en Management de la Culture, option métiers de l’audiovisuel et du cinéma, elle a occupé différentes fonctions en Chine depuis 2007. Elle a notamment été responsable du bureau Chine de Prevor, société française spécialisée en sécurité chimique à Pékin et  vice-directrice du CFFCME (Centre de formation franco-chinois sur les métiers de l’énergie), situé à l’Université de Génie Civil et d’Architecture de Pékin qui rassemble trois partenaires français (Académie de Créteil, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, lycée Maximilien Perret d’Alfortville).

Les écoles de ParisTech sont présentes en Chine depuis 20 ans à travers des partenariats académiques, institutionnels et avec des entreprises, des actions annuelles de recrutement coordonné, 3 instituts franco-chinois à Wuhan, Shanghai et Pékin, des programmes ciblés pour les doctorants.

En savoir plus

Après avoir accueilli Francis J. Mulaa, chef du projet « Complexe en science et ingénierie » de l’Université de Nairobi (Kenya) en juin à Paris, les écoles de ParisTech – AgroParisTech, Chimie ParisTech, École des Ponts ParisTech, Institut d’Optique Graduate School, MINES ParisTech –, lauréates de l’appel à projet « Appui au développement de l’enseignement supérieur français en Afrique (ADESFA) » du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères avec le projet « French-African Cooperation for Engineering in Africa (FACEA) » se sont rendues à Nairobi du 21 au 27 juillet.

 

Une délégation des écoles de ParisTech participant au projet « French-African Cooperation for Engineering in Africa (FACEA) » a effectué une première mission à Nairobi au Kenya pour rencontrer les partenaires universitaires ainsi que les acteurs français présents sur place.

Les écoles ont d’abord été accueillies par Prof. Collette Duda, secrétaire d’Etat en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche, puis Prof. Isaac Mbeche, vice-chancelier de l’Université de Nairobi, afin d’échanger sur les grandes orientations de la mission.

La semaine a ensuite été consacrée à la visite de quatre colleges : Collège de sciences biologiques et physiques, Collège d’architecture et d’ingénierie, Collège d’agriculture et de sciences vétérinaires, Collège des sciences humaines et sociales (en particulier le département de français). Les missionnaires ont ainsi visité trois campus : le campus principal, celui de Chiromo et enfin celui d’Upper Kabete pour l’agriculture. L’ensemble des chefs de département des trois colleges avaient été mobilisés par les doyens : chacun d’entre eux a eu l’opportunité de présenter son département aux écoles de ParisTech qui se sont aussi présentées. Les missionnaires ont ainsi pu découvrir l’offre de formation des colleges en science et en ingénierie ainsi que les méthodes de travail, les locaux et les équipements disponibles, et échanger de manière fructueuse avec leurs collègues sur cette offre de formation et le projet de complexe en science et ingénierie que l’Université de Nairobi ambitionne de créer.

Ces visites académiques ont été complétées par un volet institutionnel. La délégation de ParisTech a ainsi tenu à rencontrer l’instance d’accréditation des formations d’ingénieurs au Kenya, l’Engineers Board of Kenya (EBK). Cette rencontre a été essentielle dans la compréhension du schéma de formation des ingénieurs qui se décline en réalité en deux temps : bachelor en ingénierie délivré par les universités, puis expérience professionnelle de trois ans qui doit être validée par l’EBK pour que les ingénieurs diplômés deviennent des « ingénieurs professionnels » pleinement responsables dans leur activité. La visite d’incubateurs/fablab comme C4DLAB à l’Université ou bien Gearbox à l’extérieur a été également très utile pour comprendre comment l’innovation était envisagée par les acteurs kenyans.

Enfin, les représentants des écoles de ParisTech ont été très heureux d’échanger avec Madame Aline Kuster-Ménager, ambassadrice de France au Kenya, et ses services ainsi que l’Agence française de développement, Demba Sy, conseiller du commerce extérieur, et plusieurs entreprises françaises implantées au Kenya (H&MClause, Carrefour, Saint-Gobain, Seureca) sur l’avenir de la coopération franco-kenyane en matière d’ingénierie.

 

Du 24 au 28 juin dernier, ParisTech a organisé une mission de prospection et de promotion au Mexique afin de renouer les contacts institutionnels. L’objectif de cette mission : développer les coopérations internationales avec le Mexique et promouvoir la possibilité de mettre en place des accords de doubles diplômes ParisTech.

Durant une semaine, Prof. Michel Cassir (Chimie ParisTech), Antoine Mercier (Chimie ParisTech), Prof. Daniel Schertzer (Ecole des Ponts ParisTech) et Dr. Jean-François Naviner (Télécom Paris) ont rencontré des établissements partenaires du programme Mexifec (MEXique France Ingénieurs TEChnologie, programme de bourses pour des mobilités étudiantes) ainsi que des collaborations de longue date : Université Nationale Autonome de Mexico (UNAM), Institut Polytechnique National (IPN), Université Autonome du Nuevo Leon (UANL), Tec de Monterrey (Tec) et Université de Guadalajara (UdeG). Ils ont également échangé avec Jean Joinville Vacher et Sophie Leban de l’ambassade de France et Philippe Richou du bureau de l’Ambassade à Monterrey.

Les établissements mexicains ont affirmé leur volonté d’approfondir les relations avec les écoles de ParisTech. A l’heure actuelle, l’ensemble des accords historiquement passés avec les écoles de ParisTech sont caduques mais tous ont manifesté l’intérêt de les renouer afin de favoriser les échanges aussi bien pour des étudiants en stage que pour des collaborations de recherche.
 
Doubles diplômes. Un point majeur des échanges concernait la possibilité de mettre en place des doubles diplômes ingénieur/Maestria (Master) afin de former d’excellents étudiants embrassant les cultures des deux pays. Ces accords sont rares au Mexique et concernent principalement soit la Licenciatura (Licence) soit le Doctorat. L’accueil favorable de principe n’occulte pas les difficultés administratives à surmonter afin de rendre compatibles les cursus français et mexicains. Compte tenu de leur expérience du recrutement coordonné en Chine, Russie, Brésil, Colombie et Argentine, les écoles de ParisTech sont confiantes dans l’aboutissement d’un schéma satisfaisant les partenaires mexicains.

Perspectives. Les partenaires se sont accordés à renouveler les accords d’échange pour renforcer les collaborations de recherche et, au cas par cas, discuteront des modalités de mise en place d’accords de doubles diplômes afin d’échanger les meilleurs étudiants et leur offrir des opportunités de carrières internationales.

En savoir plus sur les programmes FITEC

Les écoles de ParisTech s’engagent avec leurs partenaires du réseau ATHENS pour le doctorat en Europe : le projet IDEAL financé par le programme Erasmus + Partenariats Stratégiques.

 

6 écoles de ParisTech – AgroParisTech, Arts et Métiers ParisTech, Chimie ParisTech, ENSTA Paris, MINES ParisTech, Télécom Paris – ont remporté ce 10 juillet l’appel « Partenariats stratégiques pour l’enseignement supérieur » du programme ERASMUS+ aux côtés de leurs partenaires du réseau ATHENS que sont l’Université polytechnique de Madrid (UPM), Politecnico Milano, l’Institut technique de Lisbonne (IST) et l’Université technique d’Istanbul (ITU). Le financement global s’élève à plus de 350 000 euros pour une durée de trois ans.

Le projet IDEAL qui porte sur l’impact sociétal du doctorat en Europe - renforcer les compétences transversales des docteurs grâce à des formations innovantes -, mené au sein du réseau ATHENS coordonné par ParisTech, a été financé par le programme de partenariats stratégiques Erasmus +.

IDEAL est un projet pilote entrepris par certains membres du réseau ATHENS souhaitant élargir les domaines de collaboration et relever ensemble les défis que présente la formation doctorale en Europe. IDEAL proposera une offre de formation doctorale de haut niveau permettant aux jeunes chercheurs européens de relever les défis professionnels de demain, d’être mieux préparés pour faire face à la complexité croissante du marché de travail et d’augmenter l'impact économique et sociétal de leur recherche.

Le projet créera tout d’abord un catalogue de formations existantes qui sera mutualisé entre les partenaires. Ce catalogue réunira des modules orientés vers le développement de compétences transversales, l’innovation et l’employabilité. L’objectif étant de favoriser les échanges entre partenaires et de diffuser les meilleures pratiques. Dans un deuxième temps, le projet permettra de concevoir une nouvelle méthodologie et de nouveaux contenus de formation pour les doctorants. IDEAL produira également un MOOC qui sera déployé dans un environnement d'apprentissage hybride. Une partie des cours sera dispensée en présentiel pour que les doctorants puissent se rencontrer réellement.

Le projet PARIBACOMENSAM (PARISTECH-UBA-UNC-UNCUYO-UNL) des écoles de ParisTech a été retenu par le comité de sélection du programme ARFITEC, qui encourage la coopération entre la France et l’Argentine dans le domaine de la formation d’ingénieurs.

 

28 projets impliquant 27 universités argentines et 64 écoles françaises d’ingénieurs ont été soumis au printemps 2019. 14 projets ont été retenus pour financement dont le projet PARIBACOMENSAM coordonné par l’Universidad de Buenos Aires côté argentin et par MINES ParisTech côté français pour le compte des écoles de ParisTech : Arts & Métiers ParisTech, Chimie ParisTech, Ecole des Ponts ParisTech, ENSAE Paris, ENSTA Paris, ESPCI Paris, Institut d’Optique, MINES ParisTech, Télécom Paris. Les universités partenaires sont l’Université de Buenos Aires (UBA), l’Université nationale de Cuyo (UNCU), l’Université nationale de Córdoba (UNC), l’Université nationale du Littoral (UNL).

ParisTech est impliquée dans le programme ARFITEC depuis 2008, date à laquelle elle a signé ses premiers accords de coopération avec des universités argentines. Depuis plus de 10 ans ce sont environ 90 étudiants argentins qui ont été accueillis en France et 130 étudiants français qui ont effectué une mobilité en Argentine. 30% de ces échanges ont eu lieu dans le cadre d’un programme de double diplôme.

Les écoles de ParisTech continueront donc à encourager leurs élèves à effectuer une mobilité dans une des universités partenaires et pourront en retour accueillir les étudiants argentins dans leurs formations, en particulier ceux qui auront été sélectionnés dans le cadre du recrutement coordonné, lancé en Argentine à compter de 2019, afin d’intégrer le cycle ingénieur en deuxième année. Avec ce nouveau projet nous voulons aussi associer à nos actions notre réseau d’alumni en Argentine, mais aussi les entreprises françaises et argentines dans les secteurs de compétence de notre projet :  transports, renforcement des infrastructures, gestion énergétique, environnement, modernisation industrielle et accompagnement de l’innovation.

 

ParisTech est lauréat de l’appel « Appui au développement de l’enseignement supérieur français en Afrique (ADESFA) » avec le projet « French-African Engineering for Africa (FACEA) » dont les résultats ont été rendus publics en avril par le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (17 projets sélectionnés sur 197 déposés). ParisTech développera des partenariats avec d’une part l’Université de Nairobi au Kenya, qui projette de construire un complexe en ingénierie, et d’autre part avec l’Université des Mines et Technologies (UMaT) à Tarkwa et la Kwame Nkrumah University of Science and Technology (KNUST) à Kumasi au Ghana. Les premières missions ont lieu à l’été 2019.

LIRE LE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

La 43ème Assemblée Générale du réseau européen ATHENS s'est tenue, le 7 juin 2019 en Allemagne à l'Université Technique de Munich (TUM).

Les 16 institutions partenaires dont ParisTech (qui assure la coordination générale du réseau) étaient représentées.

La réunion avait pour objectifs de:

  • discuter et décider des objectifs 2020
  • faire un retour sur la dernière session (mars 2019) du programmes emblématique ATHENS Weeks (mobilité étudiante courte)
  • prendre des décisions concernant la mise en place des échanges de professeurs pendant les semaines ATHENS
  • partager les résultats de l'évaluation de la nouvelle version de la plateforme en ligne ATHENS
  • partager des informations concernant les nouveaux projets du réseau ATHENS

 

EN SAVOIR PLUS SUR LE RÉSEAU ATHENS

Christian Lerminiaux, président de ParisTech a été interviewé par BFM Business pour présenter les instituts franco-chinois de ParisTech.

La Chine est depuis 20 ans (1998)  l’une des priorités dans le développement international de ParisTech qui y a ouvert 3 instituts depuis 2010:

Shanghai Jiao Tong – ParisTech Elite Institute of Technology (SPEIT) est une école d’ingénieur née de l’alliance stratégique entre ParisTech (ENSTA Paris, Mines ParisTech, Télécom Paris), l' Ecole Polytechnique et  l’Université Shanghai JiaoTong.

L’Institut franco-chinois Chimie Pékin (BUCT-Paris Curie Engineering School) est une école d’ingénieurs issue d’un partenariat entre la Beijing University of Chemical Technology (BUCT) et un consortium d’écoles membres de la Fédération Gay-Lussac (FGL), représenté par Chimie ParisTech.

Le programme ICARE (China-EU Institute for Clean and Renewable Energy) développé en collaboration avec l'Université des Sciences et Technologies de Huazong (HUST) est coordonné par MINES ParisTech. Il est né d’une volonté de contribuer au développement des échanges sino-européens dans les domaines liés aux énergies renouvelables.

 

Voir l'interview de Christian Lerminiaux, président de ParisTech invité de BFM Business sur la stratégie des instituts franco-chinois

 

Un numéro dédié à la « Tech » et plus spécifiquement aux écoles de ParisTech.

Distribué dans les grandes écoles, les universités et les CPGE, ce numéro spécial présente les 10 écoles de ParisTech avec une interview de chaque directeur, des portraits d’élèves, d’enseignants-chercheurs, des présentations d’associations étudiantes. L’angle de ce dossier : montrer les spécificités de chacune de nos écoles mais aussi ce que nous avons en commun et les actions que nous mettons en œuvre ensemble depuis 20 ans. Ce numéro spécial sera mis à disposition dans toutes les écoles de ParisTech.

Vous pouvez aussi le feuilleter en ligne.

 

ParisTech recevait le 12 avril Gunnar Bovim, recteur de l’Université Norvégienne de Science et Technologie (NTNU), en déplacement à Paris à l’occasion de l’assemblée générale de l’European University Association (EUA).

ParisTech et NTNU coopèrent depuis de nombreuses années dans le domaine de la mobilité étudiante en particulier. Ils ont ainsi renouvelé en 2017 leur accord de partenariat. En effet NTNU est un membre actif du réseau européen ATHENS (Advanced Technology Higher Education Network) qui permet aux étudiants des 15 membres de participer chaque année à une semaine de mobilité académique dans un autre établissement du réseau. ParisTech et NTNU se sont félicités de la bonne coopération opérée dans le cadre d’ATHENS. NTNU souhaite toutefois renforcer l’échange d’étudiants avec ParisTech au-delà d’ATHENS. ParisTech a ainsi été invité à présenter son offre de formation lors d’une des journées d’information organisée par la NTNU sur la mobilité internationale.

Les écoles de ParisTech se sont de leur côté fixé pour objectif de renforcer l’offre de formation en anglais afin de pouvoir accueillir plus d’étudiants internationaux, notamment européens, en semestre d’échange. ParisTech a également présenté les projets de partenariat stratégique IDEAL (European soft skills for PhD: enhancing transversal skills through innovative doctoral courses) et d’université européenne EELISA (European Engineering Learning Innovation and Science Alliance), qui peuvent aussi constituer des leviers intéressants pour augmenter la mobilité étudiante entre la France et la Norvège.

ParisTech et NTNU envisagent également de renforcer leurs coopérations scientifiques. Des domaines d’intérêt communs et les chercheurs intéressés seront identifiés dans les mois qui viennent pour faire aboutir rapidement ce nouveau projet.

 

La NTNU, créée en 1996 de la fusion de 6 institutions de recherche et d’enseignement à Trondheim, compte aujourd’hui plus de 40 000 étudiants qu’elle s’engage à rassembler sur un même campus d’ici 2027. Université de recherche reconnue, elle a défini sa stratégie scientifique en priorisant quatre domaines pour 2014-2023 : énergie, santé, océans, soutenabilité. La NTNU s’engage par ailleurs fortement dans les projets scientifiques de l’Union européenne. Elle est ainsi membre de trois Communautés de la connaissance et d’innovation (KIC) de l’Institut Européen de Technologie (EIT) -Climate KIC, EIT InnoEnergy, EIT Raw Materials – et émarge dans de nombreux projets d’Horizon Europe.

 

LES ÉCOLES de ParisTech