MENU

ParisTech en mission au Ghana pour explorer les opportunités de coopération

 

Lauréates de l’appel ADESFA (Appui au développement de l’enseignement supérieur français en Afrique) du Ministère de l’Europe et des affaires étrangères, les écoles de ParisTech, après une première mission à Nairobi au Kenya, ont visité deux universités – la Kwame Nkrumah University of Science and Technology (KNUST) et l’University of Mines and Technology (UMaT) – au Ghana.

 

AgroParisTech, Chimie ParisTech, Ecole des Ponts ParisTech et MINES ParisTech, représentées respectivement par Jean-Antoine Faby, Fethi Bedioui, Adèle Bressy et Isabelle Thenevin, ont visité deux universités ghanéennes - la Kwame Nkrumah University of Science and Technology (KNUST) et l’University of Mines and Technology (UMaT) – réputées pour leur ingénierie entre le 20 et le 24 janvier.  

Les écoles ont rencontré le vice-chancelier de la KNUST, M. Kwasi Obiri-Danso, ainsi que les doyens des trois colleges de science, d’ingénierie et d’agriculture. Ils ont tracé ensemble des modalités de coopération à envisager après la signature d’un MoU. Les écoles ont également pu visiter le Regional Water & Environmental Sanitation Centre, Kumasi (RWESCK), centre de recherche d’excellence financé par la Banque mondiale, et ont rencontré des doctorants du tout nouveau centre du même type dédié aux transports (Transport Research and Education Centre Kumasi, TRECK).

Les échanges avec le directeur de l’incubateur de la KNUST et le échanges avec un parterre de 250 étudiants et enseignants-chercheurs ont aussi été très riches et porteurs de perspectives pour des coopérations dans différents domaines tels que l’eau, les transports ou les géosciences.

Les quatre écoles ont ensuite rendu visite à l’UMaT avec laquelle un MoU a été signé au printemps 2019 suite à la visite de l’UMaT à Paris en novembre 2018. Les représentants des écoles ont eu l’opportunité de rencontrer le vice-chancelier Prof. J.S.Y. Kuma visiter tous les laboratoires, bien équipés, de cette petite université (2800 étudiants) en plein développement, au pied de gisements miniers importants du Ghana. Très francophile, elle développe aussi l’enseignement du français auprès de tous ses étudiants, ce qui faciliterait d’autant les échanges avec la France.

Les écoles ont conclu leur mission à Accra en rencontrant la Société générale Ghana et les services culturels et économiques de l’ambassade afin d’esquisser les actions qui pourraient être entreprises par les écoles dans les mois qui viennent avec leurs partenaires ghanéens.

 

 

 

The ParisTech Grandes Écoles